Monsieur Mercedes – Stephen KING

cvt_mr-mercedes_306

Edition: Le livre de poche imaginaire

Nombre de pages : 662 pages

Résumé:

Midwest, 2009. Dans l’aube glacée, des centaines de chômeurs en quête d’un job font la queue devant un salon de l’emploi. Soudain, une Mercedes fonce sur la foule, laissant huit morts et quinze blessés dans son sillage. Le chauffard, lui, a disparu dans la brume, sans laisser de traces. Un an plus tard, Bill Hodges, flic à la retraite qui n’a pas su résoudre l’affaire, reste obsédé par ce massacre. Une lettre du « tueur à la Mercedes » va le sortir de la dépression et de l’ennui qui le guettent.
Délaissant le fantastique pour le polar dans lequel il se glisse avec une jubilation contagieuse, Stephen King démontre une fois de plus son talent de conteur, et son inspecteur Bill Hodges rejoint les figures emblématiques du roman noir américain.

Mon avis :

J’ai mis du temps à finir cette histoire, mais cela n’a rien avoir avec le fait que je m’ennuyais, au contraire! Mais mon emploi du temps ne m’a pas permis de lire beaucoup.

Me voici donc enfin avec la chronique de ce livre, et quel livre !

Le premier atout qui pour moi est l’atout majeur de l’histoire est le suspense qui est omniprésent ! Stephen King joue avec les lecteurs et on adore ça!

Il insère parfois un mot,  une phrase, par exemple il décrit une personne et puis précise « qui, plus tard, allait avoir le bras arraché« . A ce moment le lecteur est perdu car ne voit pas pourquoi ce personnage pourrait avoir son bras arraché et puis…

Il n’hésite pas non plus, mais heureusement pas autant que George RR Martin, à sacrifier des personnages. En effet, alors que dans certains livres un personnage passe tout près de la mort et y échappe miraculeusement, Stephen King lui peut à tout moment surprendre le lecteur en « omettant » le passage « sauvetage in extremis » et en passant de suite par la case cimetière.

Le deuxième atout de cette histoire est le « crèminel », connu dès le début de l’histoire, il apparait comme étant complètement dingue et psychopathe! Le parfait méchant pour un thriller comme celui-ci.

Le troisième atout est le personnage principal (le gentil) l’inspecteur retraité Bill Hodges. C’est un personnage très sympathique et une excellent policier (même si après sa description du début, il n’avait pas l’air d’avoir la lumière à tous les étages non plus) mais ça s’améliore au fil des pages!

— Attention Spoiler (surligner pour lire) —

Le début du livre m’a beaucoup fait rire. Lorsque je lisais la description du personnage au début de l’histoire, je le voyais comme le personnage principal et me concentrait sur celui-ci.

J’ai donc été très surprise lorsque celui-ci et les autres personnages rapidement décrits se sont fait écrasés. Et encore là je me suis dit : « Oui et je parie que lui n’est pas mort et va vouloir se venger » mais en fait, pas du tout! Tous les personnages des premières pages meurent ou sont grièvement blessés. Et après, commence l’histoire avec les personnages importants.

 Ce livre fera partie de ceux que j’ai particulièrement appréciés de l’auteur.

Je suis ravie d’avoir, encore une fois grâce à Stephen King, passé un très bon moment avec cette histoire.

Je remercie les éditions Le livre de poche imaginaire ! Grâce à notre partenariat, je fais de superbes découvertes, et je ne reçois que du très bon ! 

Ma note : 9/10

5751931

–> Et cette lecture rapporte 20 points à la maison POUFSOUFFLE pour l’item « Médaillon de Serpentard : un livre où le nom/prénom de l’auteur commence par un S»
Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s